Lacher prise

Au revoir contrôle, bonjour confiance.

L’illusion du contrôle

Organiser sa vie de manière à savoir exactement ou l’on sera dans 10 ans, prévoir ses vacances 10 mois à l’avance, faire des listes de tout et pour tout, prévoir ses repas, ses sorties, ses temps “zen”, organiser son budget sur l’année, faire des projections futuristes sur sa future maison, sa future voiture, sa future compagne, faire attention à son image, à tout ce que l’on dit, tout ce que l’on fait, maitriser, gérer, organiser, planifier, prévoir, les moindres recoins de sa vie car “au moins comme ça tout est carré, pas de place aux imprévus”.  Le contrôle, encore et toujours le contrôle. Le problème avec le contrôle c’est qu’il ne vient jamais seul. Il est toujours accompagné de ses amis “angoisse”, “stress”, “anxiété”, “burn out” et “dépression”. Il nous épuise, nous prend du temps et notre énergie pour nous laisser avec l’illusion de maîtriser sa vie, oui, l’illusion. On ne peut jamais contrôler toute sa vie, au final on ne contrôle jamais vraiment rien, on veut, on pense, on croit contrôler mais les choses se passent rarement exactement comme prévues. Les éléments changent, le contexte change, les personnes changent, l’environnement changent, bref tout change, constamment c’est la loi de la nature qu’on le veuille ou non. Mais comme nous évoluons dans une société qui nous pousse à être “maitre de sa vie”, nous nous efforçons d’en gérer les moindre détails, quitte à forcer, s’essouffler, nier, s’aveugler. Car contrôler est vain. C’est tourner en rond, vous avez la sensation que vous avancez mais vous n’allez nulle part. Combien de fois avez vous senti ne pas être à la bonne place, au bon endroit, avec la bonne personne, à faire la bonne chose? Combien de fois avez vous senti que vous fonciez dans un mur, que rien ne se crée, que rien n’aboutit, que rien n’a de sens? Combien de fois êtes vous passés à coté d’un moment magique, rongé(e) par le futur? 

Oui mais je fais comment maintenant? 

“Très bien” me direz vous, “mais concrètement je fais comment si je ne contrôle plus ma vie? Tout va s’écrouler!”. C’est exactement l’inverse, moins vous cherchez à contrôler votre vie, plus elle se met en place, trouve son ordre, et prend du sens. Notre besoin de contrôle provient directement de nos peurs. Nous avons peur de manquer de ceci, nous avons peur d’être seul, nous avons peur du regard des autres, nous avons peur de l’échec etc..alors on tente de contrôler pour maintenir un niveau acceptable de peur au quotidien. En laissant la part entière à nos peurs dans notre vie, on occulte et enfoui une partie de nous, celle qui sait ce qu’elle veut, celle qui sait ce qui est bon pour nous, celle qui n’a pas de doute, celle qui n’a pas de tiraillements ni de souffrance, celle qui est évidente : notre essence. En d’autres termes plus on cherche à contrôler notre vie  plus on offre de place à nos peurs, plus on les renforce. Cercle vicieux peu productif donc… A l’inverse, plus on lâche prise, c’est à dire moins on tente de contrôler, et plus on laisse parler notre essence, cette voix en nous qui sait exactement où aller et que faire. Mais hélas cela fait peur, car implique du changement. Nous sommes dans une société qui exige d’aller mieux mais sans ne rien faire. Nous avons des pilules pour maigrir, des patch pour arrêter de fumer, des ceintures qui font du sport à notre place etc… Un moine bouddhiste m’a dit un jour ” si tu veux que ta vie change, change quelque chose!”. Et oui, c’est élémentaire. On ne peut pas espérer que notre vie aille mieux sans en changer les données. On peut camoufler ou mettre des pansements en prenant des vacances au Club Med ou en faisant une séance de yoga tous les 36 du mois, mais cela ne réglera pas le fin fond du problème. Pour cela il faut activement changer, et se dire qu’a chaque fois qu’une envie irrépressible de contrôler surgit, qu’on la regarde et qu’on lui dise, “non pas aujourd’hui, aujourd’hui je lâche prise”. 

Lâcher prise c’est faire le pari que sans intervention (motivée par la peur) de notre part, notre vie roule et de plus belle. C’est faire le pari qu’on peut avoir confiance en l’avenir, confiance en la vie, et que tout se passera bien. Lâcher prise c’est ne pas savoir où l’on sera ni ce que l’on fera dans 2 heures, dans deux jours dans 2 ans, c’est ne plus se figer, ne plus se fixer bien trop longtemps à l’avance, c’est ne plus lister sa vie comme on liste ses courses, c’est ne plus s’enfermer dans un futur incertain. Lâcher prise c’est comprendre qu’il n’ y a rien qu’on ne puisse vraiment contrôler, c’est comprendre qu’il est temps que son essence dirige sa vie et non ses peurs.  C’est s’ouvrir des portes, un champ des possible infini, des perspectives infinies, une vie pleine de capacités et non  de limitations. 

Le choix de la peur ou le choix de la confiance? 

Vais-je choisir ma zone de confort, le connu et le matériel  ou vais-je oser écouter ma voix intérieure? Ce conflit réside dans chacune de nos prise de décisions, chacune de nos relations, chacune de nos expériences. La peur de s’abandonner, la peur de lâcher prise, la peur ne plus rien contrôler. Mais c’est justement cette obsession du contrôle qui nous paralyse et nous fait passer a coté de notre vie. Plus nous nous abandonnons au dessein de la vie, plus nous nous rapprochons de nous même, de notre essence, et alors une avalanche de synchronicités nous vient, une douceur et une facilité née dans notre vie, tout s’éclair, tout prend sens. En somme plus on s’abandonne plus on se trouve. La vie c’est cette énergie, ce champs vibratoire qui agit, depuis toujours et pour toujours. Les choses arrivent, que nous les planifions ou pas, d’autre se défont que nous forcions à les maintenir en vie ou pas. C’est la vie qui se passe, c’est la vie qui opère. Elle contrôle, dessine, et sait. C’est un élément bienveillant, puissant et tout puissant, qui nous guide, qui nous mène exactement là où nous devons allons, exactement là où nous devons comprendre, avancer, réaliser, ouvrir les yeux, au bon endroit au bon moment. Il suffit de l’écouter. Plus nous nous efforçons à forcer notre destin, à le rejeter, à le défier, et plus la vie devient compliquée. 

Rien n’arrive jamais par hasard, tout a une bonne raison. Ne gâche pas ta vie à te soucier du futur. Tente, essaie, lâche prise, laisse toi aller à ce que tu ressens tout au fond de toi, et observe par toi même, au delà de la peur ce qu’il se passe. La vie supporte ceux qui suivent leur chemin. Preuve à l’appui!

Laisser un commentaire

Fermer le menu