Les billets de Mélanie

Mélanie dédie son début de vie active à l’agriculture urbaine, persuadée des bienfaits de la nature en ville et d’une alimentation saine, pour le corps et l’esprit. Ecolo dans l’âme, bobo malgré elle, elle partage avec nous ses observations et ses envies d’ailleurs.  

Les mots

Je fais partie de ces gens qui écrivent en ne sachant rien, et qui pour combler le manque de fond improvisent des mots s’assemblant dans une suite grammaticalement juste et sémantiquement floue. Des mots qui comblent la peur, la tristesse, l’ennui, la solitude, bref, ce qui transforme les enfants en être humain un peu plus grand.

La ville

La ville est le sanctuaire des esprits mourants, passifs, désabusés. Contrôlés. L’âme est étouffée par le grabuge ambiant. Comment se connecter avec soi lorsque le corps est continuellement agressé, par les bruits métalliques, les voix nerveuses, le ronflement des machines, les couleurs artificielles des vitrines? La ville existe pour mieux se cacher, pour ne jamais se retrouver face à l’âme du monde, celle qui nous apprendrait la sagesse, la modération, le partage, et qui nous vouerait à un bonheur non immédiat, et pourtant si sain et profond. Ces valeurs pour lesquelles notre esprit n’a que peu de muscles, n’est pas préparé, n’est plus préparé. La satisfaction doit être rapide, quitte à oublier continuellement la nature éphémère des plaisirs instantanés.  

 

Voyage Voyage

Nous ne sommes que des voyageurs entourés d’autres voyageurs. Nous voyageons à travers nos vies, à travers les lieux, les rencontres. Nous voyageons à travers nos croyances, nos aspirations, à travers notre chair, à travers nos cellules. Peu importe la durée, le voyage est éternel, et les destinations infinies. Tout est mouvement, les saisons, les vagues, les nuages, les graines disséminées par le vent, les oiseaux, les bateaux. Les peuples migrent, les oiseaux aussi. Et quand les âmes restent, les paysages changent. Les âmes sont destinées au voyage. Au petit voyage, au grand voyage, au voyage de la vie à la mort, de la mort à la vie, de la vie à l’autre vie. 

Laisser un commentaire

Fermer le menu